Image default
Droit

Aperçu sur les violations des droits de l’homme en Iran

Les violations des droits de l’homme continuent à sévir en Iran. Elles se produisent dans tous les domaines et visent l’ensemble de la population iranienne. Il s’agit de défenseurs des droits humains : hommes, femmes, enseignants et jeunes. La tyrannie sauvage en Iran s’est produite lors de l’exécution de quelque 30 000 prisonniers politiques. Ils sont pour la plupart des membres de l’Organisation des moudjahidines du peuple iranien (OMPI). Cela a été porté à la connaissance du monde entier.

Le summum de violations des droits humains en Iran

Il y a 31 ans, une exécution de plusieurs prisonniers sans une juste accusation a été opérée par le régime iranienEn effet, la majorité d’entre eux ont été condamnés sans le moindre processus judiciaire. Leur seul statut d’opposant suffisait pour les envoyer à la mort. Le 25 août 2018 a été organisé le 30e anniversaire du massacre de ces 300 000 prisonniers politiques. C’était sous la direction du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI). Cet organisme constitue le dernier noyau de l’opposition iranienne à la dictature des mollahs iraniens sous la couverture de la religion. Il est dirigé depuis 1993 par Mariam Radjavi en tant que présidente élue. Elle est l’épouse de Massoud Radjavi, un dirigeant connu mondialement de la résistance iranienne.

La célébration a été une occasion de spécifier que plus de 30 ans après, la communauté internationale garde toujours le silence. Ainsi, le Conseil juge que c’est la raison pour laquelle la violation des droits humains continue de plus belle en Iran. La lutte pour la justice des victimes du massacre de 1988 se poursuit sous l’égide de la présidente du CNRI. C’est alors qu’en 2016, la formation d’un mouvement pour la justice en faveur de ce massacre a été mise en place par le Conseil. Celui-ci a demandé, entre autres, la condamnation de tous les responsables et les exécutants du génocide. Il est également exigé la publication des noms de tous les martyrs, ainsi que des documents sur ces crimes.

Mettre fin à la violation des droits

Le Conseil national de la résistance iranienne continue toujours à s’activer pour que le massacre de 1988 ne se reproduise plus. C’est ainsi que la présidente élue du CNRI s’est adressée aux gouvernements occidentaux afin de :

  • subordonner leurs relations avec l’Iran à un moratoire sur les exécutions ;
  • mettre la pression sur les régimes des mollahs pour la libération des prisonniers politiques ;
  • envoyer le dossier du génocide 1988 devant la Cour pénale internationale pour crime contre l’humanité ;
  • susciter l’amitié et la tolérance pour aider le CNRI dans sa lutte pour l’abolition de la peine de mort en Iran;
  • assister le programme du CNRI pour mettre fin à la violation des droits des Iraniens.

Autres articles à lire

Quelle est la mission d’un avocat spécialisé en droit du travail ?

administrateur

Convention collective sport : champ d’application et intérêt

administrateur

Tour d’horizon sur le Pacte Civil de Solidarité

Journal